Plonger à Marsa Alam en Egypte, coraux et dauphins

Après avoir visité la région d’Assouan c’est le moment détente et plongée en Egypte.
Marsa Alam est un village au sud de l’Egypte sur la mer rouge. Le lieu est tranquille et reste peu touristique en comparaison aux complexes hoteliers plus au nord. De nombreuses plongées sont possibles directement à partir de la plage, d’autres, dans certains lieux plus réputés comme Elphinstone, nécessitent un peu de bateau. Il est aussi possible de faire du snorkeling, notamment pour nager avec les dauphins.
Le coin m’avait été conseillé par une amie voyageuse-plongeuse.

Sommaire

1. Dans quel club plonger et quel logement à Marsa Alam
2. Comment aller à Marsa Alam sur la mer rouge
    2.1 Aller à Marsa Alam à partir de l’Europe
    2.2 Avion ou bus entre le Caire et Marsa Alam
    2.3 Prendre le bus de Assouan à Marsa Alam en passant par Edfu
3. Mon avis sur la plongée à Marsa Alam
    3.1 Les récifs coralliens de Marsa Alam
    3.2 Plonger avec les requins à Elphinstone
    3.3 Les meilleures plongée au sud de Marsa Alam
4. Où nager avec des dauphins à Marsa Alam, sur la mer rouge
    4.1 Mon expérience de snorkeling dans le lagon de Sataya
    4.2 Impact du tourisme, faut-il nager avec les dauphins?
    4.3 Autres activités à faire à Marsa Alam sans plonger

Dans quel club plonger et quel logement à Marsa Alam

hotel marsa alam avec piscine

La piscine de l’hôtel dans la ville de Marsa Alam

Il est étrange de voir comment sont structurés les bords de la mer rouge. En réalité très peu de villages, mais partout, des hôtels. Les lieux ont vraiment été aménagés pour les touristes et les plongeurs.
Il ne manque donc pas d’hôtels, posés là comme des oasis dans le désert.

Certains hôtels, en général les moins chers, sont dans le centre de Marsa Alam.
J’ai choisi l’un d’eux, Blue vision diving, proposant des packages « hôtel + plongées ». Ceci dit la ville ne m’a pas semblé bien intéressante, on vient vraiment ici pour la mer.

Lorsque les hôtels sont plus loin du centre, il y a souvent un prix « tout compris » avec les repas inclus. Donc pas de problème si l’hôtel a l’air au milieu de nulle part, c’est normal et on ne meurt pas de faim.

A savoir aussi, lorsqu’on parle de Marsa Alam on parle soit du village, soit du coin de l’aéroport.
En effet l’aéroport international se trouve en réalité près de ce qu’on appelle Port Gualib, où une petite marina a été aménagée, et où il y a aussi de nombreux hôtels et clubs de plongée. Ce port se trouve à environ 45 kilomètres au nord du village de Marsa Alam. Vous trouverez là-bas les clubs de Emperor Divers et Aquarius diving club.

Comment aller à Marsa Alam sur la mer rouge

coucher de soleil egypte

Coucher de soleil au dessus des bâtiments en construction de Marsa Alam

Aller à Marsa Alam peut coûter un peu plus cher que les autres destinations plongée d’Egypte, mais ça reste une région assez simple à rejoindre.

Aller à Marsa Alam à partir de l’Europe

Pour un voyage rapide, vous trouverez quelques vols directs de plusieurs villes d’Europe, pour l’aéroport de Marsa Alam, à Port Gualib. Mais comme il s’agit d’un petit aéroport il est parfois plus simple et plus économique de passer par le Caire ou par Hurghada, un autre coin populaire pour plonger sur la mer rouge.

Avion ou bus entre le Caire et Marsa Alam

Si vous passez par le Caire vous pouvez enchaîner par un vol interne avec EgyptAir ou prendre un bus. Il vous faudra alors 10h…
https://go-bus.com/en/Buses?destination=Cairo-marsaalam

Prendre le bus de Assouan à Marsa Alam en passant par Edfu

Aller sur la côte à partir d’Assouan est un peu plus compliqué. Globalement, rejoindre la Mer Rouge à partir de la vallée du Nil, que ce soit d’Assouan ou de Luxor demande un peu de sous et/ou de temps.
La solution la plus simple est de prendre l’avion mais c’est bien sûr aussi la solution la plus chère.
Vous pouvez sinon demander à votre hôtel de vous organiser un transfert privé. Simple mais au budget restant conséquent. Bien sûr vous pouvez négocier et vous débrouiller pour partager les frais avec d’autres voyageurs.

Au niveau des transports locaux je n’ai pas trouvé de bus direct.
La seule solution que j’ai trouvée est plutôt pour les « routards », ça manque de confort et c’est long.
On lit en plus sur certains sites et forums que les touristes doivent demander un permis, ou qu’il y a des quotas. La possibilité de passage reste donc incertaine.

De mon côté j’ai rejoins Edfu en train puis j’ai pris un microbus. Lire sur un autre article mon expérience du voyage en microbus Edfou – Marsa Alam. Environ 2h pour le train, puis un trajet de 3h30 environ pour le bus. On est en plein désert de rochers sur cette traversée et la route n’est que partiellement goudronnée.

Mon avis sur la plongée à Marsa Alam

Les récifs coralliens de Marsa Alam

Murène dans le recif

Murène – photo fourni par un divemaster de Marsa Alam

Première journée, nous partons à 8h30 avec deux couples logeant à l’hôtel. Ce n’est pas bondé.
Mohamed le propriétaire est aussi l’instructeur de plongée.
Nous atteignons le spot de plongée rapidement d’un coup de voiture en direction du nord. Nous allons dans la baie en face du club « Ducks Diving Superior » pour aller plonger le mur de corail de la côte et des « grottes » de coraux.
La visibilité sous l’eau est plutôt mauvaise et l’eau est « fraîche », 25 degrés (ça s’est la mauvaise habitude de plonger sous les tropiques), mais la mer est très calme et nous restons jusqu’à 65 minutes dans l’eau lors de la première plongée. Nous ne descendons pas très profond, le max sera de 21 mètres lors de la deuxième.
Dans les nouveautés pour moi on trouve:

  • Plonger dans des grottes de coraux, où la lumière d’engouffre en éclairant des bancs de petits poissons,
  • L’observation d’oeufs de danseuse espagnole, « spanish dancer eggs », un mollusque nudibranche. Dommage on n’a pas vu la maman.

Après cette excursion, il reste une bonne partie de la journée, pour aller tester le café égyptien en ville et se relaxer au bord de la piscine.

Plonger avec les requins à Elphinstone

Coraux colorées mer rouge

Coraux – photo fournie par un divemaster de Marsa Alam

Cette journée est un peu particulière car nous partons dans un lieu réputé, Elphinstone.
Le site peut être difficile à cause de courant et il est donc demandé d’avoir un peu d’expérience en plongée. Les clubs demandent parfois un certain nombre de plongées, plus de 30 ou 50, par exemple.
Mais ce jour là, la difficulté pour moi n’a pas été le courant, il n’y en avait pas, mais les vagues à la surface.
Nous arrivons au site en 25 minutes de bateau zodiaque. Jusque là tout va bien. C’est lorsque le bateau s’arrête et que les grosses vagues le ballottent et nous avec que le mal de mer arrive. Vivement qu’on soit dans l’eau !

On descend directement sans faire d’arrêt à la surface. C’est un type de descente que je n’avais jamais faite avant et l’instructeur doit me tracter un peu pour que je descende. Enfin à environ 7 mètres, où on arrive rapidement, c’est le calme, ouf.
La plongée se passe bien mais malheureusement une fois la plongée finie, la nausée ne s’arrange pas, étant donné qu’il faut attendre sur le zodiaque la deuxième plongée. En plus je grelotte.
La deuxième plongée est alors très difficile en raison de la fatigue, du froid, et du mal de mer, je suis pratiquement toujours accrochée à l’instructeur. A la fin à peine arrivée à la surface, avant même d’être sur le bateau, je vomis déjà. Trop la classe !

Bon clairement je suis une « plongeuse de lagon», j’aime pas les vagues.

Conclusion, alors que j’attendais beaucoup de cette journée à Elphinstone dont on m’avait dit tant de bien, ça n’a pas été ma meilleure journée. Car en plus d’être malade j’ai été déçue de ne pas voir grand chose. Les coraux étaient très jolis, mais si on vient là c’est surtout pour plonger avec des requins ou voir des raies manta et nous n’avons rien vu.

Certains clubs viennent avec un plus gros bateau. A privilégier donc si vous êtes sensibles au mal de mer.

Les meilleures plongées au sud de Marsa Alam

coraux et poissons à Marsa Alam

Coraux et banc de poissons – photo fourni par un divemaster de Marsa Alam

C’est finalement ces dernières plongées que j’ai préférées.
Nous étions que deux plongeurs, la mer était calme, et on a pris notre temps pour explorer les récifs. En plus de tous les petits poissons, on a vu une tortue, qu’on a du effrayer vu comme elle est partie « en courant ».
Un énorme poisson-globe (puffer fish) caché dans le mur de corail, des nuées de poissons dans des jolis coraux illuminés, et le plus fun pour moi un groupe de calamars en surplace. Je n’en avais jamais vu autant ensemble et j’ai apprécié de les observer.

Où nager avec des dauphins à Marsa Alam, sur la Mer Rouge

Partout dans la mer rouge vous pourrez croiser des dauphins en liberté. Que ce soit ici ou à Hurghada, ou à El Gouna. Les espèces les plus communes sont les dauphins a long bec mais il est aussi possible de rencontrer des grand dauphins. Tout est une question de chance, cependant il y a des endroits où il est plus simple que d’autres d’en voir. A Marsa Alam deux coins sont connus pour le snorkeling : Sataya et Samadai.

Mon expérience de snorkeling dans le lagon de Sataya

Les dauphins nagent en famille en egypte

Dauphins de Sataya – photo fourni par un divemaster de Marsa Alam

Etant donné qu’il ne faut pas plonger avant de prendre l’avion et que mon vol est à 3h du matin, il faut que je trouve une activité pour mon dernier jour en Egypte.
Je me renseigne donc sur l’excursion masque tuba pour aller nager avec les dauphins, mon hôtel peut réserver avec l’agence au prix de 60$ la journée. C’est pas donné et en plus un couple y étant allé 2 jours avant me disent qu’ils ont vu zéro dauphin. Cependant j’ai envie de tenter ma chance, peut être ça se passera mieux qu’à Elphinstone.

L’idée est de faire l’excursion puis de prendre direct le bus en rentrant pour aller à Hurgada où m’attend mon vol.
Malheureusement mon hôtel est plutôt nul sur la partie organisation des transports, les horaires du tour ne correspondant pas vraiment avec les horaires du soi disant bus. Tuons le suspens tout de suite, j’ai réussi à avoir mon vol, mais avec du stress, quelques engueulades, en alliant bus et taxi, et en allant retirer de l’argent sur le trajet parce que forcement c’était bien plus cher.

Revenons donc à l’excursion. Un minivan déjà rempli vient me chercher à mon hôtel de bon matin. Les autres touristes sont montés bien avant, venant plutôt du coin de Port Gualib. 

Dauphins à la surface et dans l'eau

Dauphins de Sataya – photo fourni par un divemaster de Marsa Alam

Pendant 2h le bus traverse des paysages désertique, très peu d’hôtels étant construits dans cette région, jusqu’à arriver à un petit port. Étonnant on vient d’arriver sur la côte d’azur, plusieurs gros bateaux sont là pour accueillir les touristes. Je ne m’attendais pas à ça. S’ensuit encore 2h de bateau ! Je remarque que tout les gens ont un bracelet de couleur… Cela ne signifie pas qu’ils ont tous des goûts étranges mais qu’ils logent dans un resort « tout inclus ». 

Enfin on arrive au lagon est c’est magnifique! Et le reste sera magique.

Pour se rapprocher des dauphins on se divise en plus petits groupes, chacun partant avec un guide sur un Zodiaque. On se met ensuite à l’eau lorsque celui ci repère des dauphins. Et vous savez quoi il y en a plein et ils viennent très près! Sans remonter sur le zodiaque, à la nage, le guide nous fait nous déplacer plusieurs fois pour toujours être au bon moment sur le passage des dauphins. Et non je ne parle pas de 2 dauphins mais d’un groupe de plus de 20 individus, lui même rejoint par 20 autres, puis s’éloignant avec grâce. Et ça continue sans cesse, un groupe en remplaçant un autre. Un spectacle impressionnant que l’on n’a pas envie de quitter.

Impact du tourisme, faut-il nager avec les dauphins?

Nombreux bateaux pour aller à Sataya

Arrivé au port pour rejoindre le lagon de Sataya je suis surprise par le grand nombre de bateaux

Alors oui l’expérience était géniale et je me suis questionnée un peu tard.
Autant je m’étais posée la question pour les requins baleines aux Philippines, et ai d’ailleurs sciemment refusé d’aller voir les requins d’Oslob alors qu’on était à côté, autant je ne me suis pas posée la question pour les dauphins d’Egypte.
Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ayant vu des vidéos de plongeurs je pensais qu’on allait juste voir des dauphins dans leur milieu naturel, ce qui n’avait pas l’air de poser de problème. Alors oui… c’est vrai c’est bien ce qu’on fait… mais…

En réalité il y a deux endroits autour de Marsa Alam où les tours emmènent les touristes. Deux lagons dans la mer rouge :

  • Sha’ab Samadai, appelé aussi Dolphin house, juste en face de Marsa Alam
  • Sataya island, appelé aussi Dolphin reef, au sud du récif de Fury Shoals , plus au sud vers Hamata

« house », c’est a dire « maison », c’est bien ça l’ennui, on est chez eux.
En réalité ces lagons sont les endroits où ils viennent se reposer durant la journée. Les dauphins ne dorment jamais totalement, pendant qu’une partie de leur cerveau se repose, l’autre leur permet de nager et de remonter régulièrement à la surface pour respirer. Forcement ces lieux et ce comportement facilitent grandement l’observation pour nous, humains.
Mais des études scientifiques ont montré que ces visites avaient un impact sur les animaux, comme par exemple le rapport suivant (en anglais) https://royalsocietypublishing.org/doi/pdf/10.1098/rsos.172044

On voit d’ailleurs dans les résultats de cette recherche que l’impact est plus élevé à Sataya, site où il n’y a aucune régulation mise en place.

Bleu turquoise lagon de sataya

Les eaux turquoises de la région de Marsa Alam

En effet, le site de Samadai, le premier à être exploité pour le tourisme, a fini par être trop envahi de monde. Le lagon a alors été transformé en réserve et des règles strictes ont été mises en place. Le site est maintenant découpé en trois zones, une pour les bateaux, une pour les snorkelers, et une strictement réservée aux dauphins. Il reste possible de plonger en dehors du lagon.

Mais les tours opérateurs et agences locales se sont alors tournées vers Sataya, certes plus loin, mais encore plus grand, et permettant de continuer à amener du monde.

Notre guide m’a semblé plutôt respectueux, nous demandant par exemple de ne pas suivre les dauphins, et la situation m’a l’air moins désastreuse qu’à Oslob aux Philippines. Cependant le problème reste dans le nombre élevé de personnes pouvant être sur place en même temps et à toute heure. La pression humaine sur les dauphins à long bec dans leur habitat pourrait entraîner une diminution de leur population.
Il semble qu’un plan de gestion soit en étude pour limiter les impacts de l’homme à Sataya, de la même manière qu’à Samadai. Affaire à suivre.

Autres activités à faire à Marsa Alam sans plonger

poisson globe plongée

Poisson – photo fourni par un divemaster de Marsa Alam

Vous ne plongez pas ou comme moi avait une journée à remplir avant un vol?

Pas de soucis vous pouvez:

  • Profiter du bord de mer tout simplement,
  • Partir en excursion snorkeling, il n’y a pas que  des dauphins, vous pouvez voir de superbes coraux, des tortues etc. Et aussi des plages 4 étoiles, sable blanc et bleu d’azur comme à sharm el luli dans le parc de Wadi El Gemal ou à la mangrove de Qulan.
  • Visiter le Wadi El Gemal « La vallée des chameaux » ou vous trouverez ruines, art rupestres, oiseaux et chameaux sauvages ainsi que la montagne «Mons Smaragdus», site de petites communautés minières.
  • Prendre une excursion « désert ». Les tours proposent par exemple de se rendre dans un village bédoin, faire du quad, observer les étoiles.
  • Certains prennent aussi des excursions pour aller visiter la vallée du Nil. Si vous avez le choix je vous conseille d’éviter de prendre un tour à la journée seulement, car vous feriez plus de trajet que de visites.

 

Vous avez aimé, pensez à partager 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez ce blog? Faites passer le mot :)