Ombres et lumières, en solo au temple d’Edfou

Il ne me reste plus beaucoup de temps dans la région. J’ai un hôtel réservé demain à Marsa Alam pour découvrir la plongée en mer rouge. L’idée est d’aller jusqu’à Edfou, puis de trouver un bus public pour rejoindre la Mer Rouge.

La question du jour: ne devrais-je pas en profiter pour visiter le grand temple d’Edfou, le temple d’Horus?

Visiter Edfou sur le chemin de Marsa Alam.

La barque d'Horus a l’intérieur du temple

A l’intérieur du temple d’Horus a Edfou, dans le Naos, on retrouve une reconstitution de la barque processionnelle d’Horus, 

Jusqu’au dernier moment je ne savais pas si le temple d’Edfou allait être de mon programme. J’avais initialement prévu d’y aller, mais avec le manque de temps j’avais abandonné l’idée.
Mon dernier plan était donc d’aller à Edfou le dernier soir juste pour y dormir, puis d’attraper un bus partant à 8h pour Marsa Alam (d’après des informations obscures récupérées sur internet).

Mais aujourd’hui je suis allée à Kalabsha, et une touriste et son guide ont eu la gentillesse de me raccompagner à Assouan. On a donc eu le temps de discuter un peu dans la voiture et d’analyser plusieurs options. Voila ce que m’a dit le guide (avec une petite traduction en Français au passage) :

« Mais tu vas à Edfou et tu ne passes pas au temple ? C’est dommage il est beau quand même »
« Oui mais bon je manque de temps je dois aller à Marsa Alam, je crois qu’il y a un bus à 8h qui part d’Edfou »
« Ah bon ? C’est possible je ne sais pas. Mais dans ce cas tu sais tu peux aussi partir directement d’Assouan tôt demain matin pour aller à Edfu, pas la peine d’y dormir. Ça te permet de passer tranquillement la soirée ici c’est plus sympa »
«  C’est vrai c’est une idée, ça m’évite aussi d’arriver tard à Edfu et de chercher un hôtel qui sera peut être moins bien que l’actuel. D’un autre côté je ne voudrais pas prendre le risque de louper le bus de 8h…»
«  Mais si tu vas dormir à Edfou… ca vaut le coup quand même le temple. Tu peux peut être partir plus tôt d’Assouan et le visiter ce soir… ça ferme tôt mais tu as encore le temps »
«  Non je n’ai pas envie de courir aujourd’hui, je préfère rentrer tranquillement. Et puis j’ai encore des choses à voir à Assouan »
«  Alors tu auras peut être le temps avant ton bus de 8h, ça ouvre à 6h. Si t’arrives avant l’ouverture tu pourras faire l’aller-retour et rejoindre la gare sans problème, ce n’est pas très loin».

Et voici comment une rencontre change encore mes plans…
Passer la soirée tranquille à Aswan me dit bien… mais dormir comme prévu à Edfou tout en rajoutant la visite du temple d’Horus me dit encore plus. Tant pis si il va falloir se lever super tôt demain.

Premier jour : Aller à Edfou en train et trouver un hôtel

chambre pas cher Edfou

Ma chambre à Edfou et un petit déjeuner qui a au moins le mérite de remplir le ventre avant un long trajet

Un peu dur de trouver des informations fiables sur les horaires de train pour Edfou à mon hôtel. Mais de toute façon, il y en a encore plusieurs ce soir. Ça peut ressembler à 15h, 16h45, 18h, 20h.

Je me pointe donc à la gare à peu près à l’heure où il devrait y en avoir un, en fin d’après midi. Et Banco !

2h de trajet et 110kms environ plus tard, je suis à Edfu, sur la rive est du Nil où se trouve la gare des trains.
Mais il est bon de savoir que le temple et le gros de la ville sont en fait sur la rive ouest.

Je demande à la gare quelle sortie prendre pour trouver un hôtel et on m’indique qu’il y en a juste à côté . Ça m’arrange, à cette heure ci j’ai totalement la flemme de traverser le pont pour changer de quartier, je veux juste manger et me poser.

L’hôtel n’est pas de première fraîcheur, mais le manager de l’hôtel est très sympa et parle bien anglais. Son employé est un peu plus étrange, mais c’est peut être que l’anglais ce n’est pas son truc du tout.
Moins cher qu’à Assouan et avec la clim, alors malgré le côté « ils devraient rendre les chambres plus présentables », ce sera parfait pour ce soir. En plus il y a de quoi manger dans la même rue et c’est proche du terminal de bus pour le lendemain. A savoir, par « terminal de bus » il faut comprendre « un bout de terre avec un banc en bois et quelques microbus à l’arrêt ».

Pour les logements vous trouverez peu de choix sur internet:
Le Mud House a l’air d’être le seul bon plan, environ 20 euros la chambre double avec petit déjeuner, à 8km au nord de la ville. 

Ça peut être une bonne idée pour un peu de confort, tout en sortant un peu des sentiers battus en visitant quelques sites au nord d’Edfou.

Deuxième jour : Visiter Edfou tôt le matin

plusieurs image de l’extérieur du temple d'horus

Au temple d’Edfou: statue d’Horus, vu de l’extérieur les pylônes font 36 mètres de haut, ombres des colonnes dans la cours du temple

Je ne me presse pas trop pour me lever. Ce n’est pas la peine d’arriver avant 6h du matin au temple car finalement il ne semble pas y avoir de bus particulier à 8h….
La veille le manager m’a confirmé qu’il était possible d’aller à Marsa Alam en transport en commun. C’est plutôt une bonne nouvelle. Par contre le trajet se fait plutôt en microbus, qui partent donc à des heures beaucoup moins fixes que les bus de ligne… Allons au temple on réglera ça plus tard…

Faut-il encore arriver à rejoindre le temple, qui se trouve tout de même à 3-4 kilomètres.
Ce matin, le manager n’est pas là, je n’aurais donc pas plus d’informations de sa part. Mais très serviable, son employé m’amène au bon microbus pour aller dans la ville.

Tout ça grâce à mon arabe classique parfait! Haha non tout ça parce que les mimes je maîtrise.
Au retour, j’arriverai même à lui commander un petit déjeuner… Ok je l’avoue, avec un très gros doute sur ce qu’il allait bien pouvoir mettre dedans, et quelle taille ça allait être.

couloirs temple edfu

Dans les couloirs du temple d’Horus, à Edfou

Bon revenons à notre temple, c’est pour ça que je me suis levée tôt.
Le bus m’amène donc de l’autre côte du Nil, gratuitement, et comme il tourne avant le temple, m’indique la direction à suivre. Ça va ce n’est plus très loin mais il faut contourner tout le complexe car l’entrée est de l’autre côté.
Quelques calèches sont stationnées, attendant surement des touristes mais ils ne réagissent pas à mon passage, un tuctuc passe, lui aussi ne réagit pas… comme j’aime ce calme…

Ce n’était pas fait exprès, mais l’avantage de venir tôt, c’est aussi d’avoir le temple pour soi.

interieur temple horus gravure

Dans les escaliers du temple les murs décorées des dieux

Le dieu vénéré dans ce temple de l’époque ptolémaïque (construction  -237 et -57)  est Horus, le dieu faucon.

Mieux conservé, et plus grand que le temple de Kom Ombo je suis contente d’avoir finalement réintégré cette visite à mon itinéraire. Surtout qu’il s’agira de mon dernier site historique pour ce voyage. Il faudra vraiment que je revienne en Egypte pour voir la zone de Luxor qui a l’air magnifique… mais immense. Il m’aurait fallu plusieurs jours de plus et j’aurais surement finis en overdose de vieilles pierres. Je me connais, j’aurais voulu tout voir sans exception dans la ville.

En voyant le temple d’Horus, difficile d’imaginer, que comme Abu simbel, ce temple était au 19ème siècle en parti enseveli par le sable. Il fut découvert dans un bien mauvais état par Auguste Mariette en 1860. Cette période m’emmène dans des rêves d’aventures, l’époque des grand archéologues, l’ère de l’égyptologie, le début des fouilles, de l’archivage et de la traduction de milliers d’inscriptions en hiéroglyphes.

interieur du temple - ombres et lumières

Ombre et lumière dans les escaliers du temple d’Horus

Je le trouve vraiment beau et tout en arpentant seule les couloirs et multiples chambres, j’apprécie particulièrement l’ambiance donnée par tous les jeux d’ombres et de lumières.

Ça me donne l’occasion de tester mon nouvel appareil photo, de la marque Olympus E-M10 Mark II, dans des conditions de pénombre. 

Alors que je quitte le temple, je vois quelques calèches au loin, un bateau de croisière vient sûrement d’accoster. Je croiserai plusieurs calèches amenant des visiteurs au temple, alors que je marche en direction de la ville. Encore une fois j’ai eu la chance d’éviter la foule, il faut maintenant que je suive mon programme, trouver un bus.

Bus touristique d’Edfou à Marsa alam… ou pas.

Soyons clair il n’y a pas de bus touristique d’Edfou à Marsa Alam, c’est quand même à 220 kilomètres à travers du désert. Des gros bus de ligne ? Peut-être, mais je n’ai pas trouvé, si il y en a ça doit pas être souvent. Mais comme partout ou presque, il reste les microbus/minivan.

L’employé de l’hôtel m’accompagne à la station de microbus. Après une discussion un peu houleuse entre l’employé et un responsable de la station, on me laisse monter.
Mais de quoi ont-ils bien pu parler ?
Est ce que le responsable ne voulait pas me laisser monter ? Est ce une histoire d’argent ? A moins que vous ayez la réponse je ne saurais surement jamais.

Le responsable vient vers moi et insiste juste en parlant de « passeport », puis l’employé de l’hôtel aussi. Incompréhension… Je crois qu’ils veulent le voir, mais en fait non, ils veulent juste que je leur dise que j’en ai bien un. Est ce que c’est bien d’un passeport au moins qu’il parlent?

Euh.. c’est bizarre comme question vous avez déjà vu un touriste sans passeport ?

En fait ils ont sûrement essayé de me dire qu’il faudrait que je le montre à un contrôle de police ( à l’entrée de la ville de Marsa Alam), mais comme personne parle un mot de français ou d’anglais, je ne le comprendrais qu’une fois arrivée au contrôle.

Infos pratiques – quelques prix

Hotel simple à la gare:  100Le pour une personne
Bus Edfu à Marsa Alam: 40Le (mais comme pour Abu Simbel on vous dira peut être 50Le). A payer au chauffeur une fois dans le bus près de l’arrivé.
Train Assouan à Edfou: 35Le en première classe
Temple d’Horus: 100Le, ouvert de 6h à 17h

 

Vous avez aimé, pensez à partager 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez ce blog? Faites passer le mot :)