Comment rencontrer des locaux en Egypte

Pour la plupart des voyageurs vacanciers, à moins d’aller les chercher à la Antoine de Maximy, les échanges avec les locaux sont rares. Imaginez un chinois à Paris, il parlera au serveur du restaurant, au vendeur de tickets de la tour Eiffel, si il cherche vraiment il arrivera à demander son chemin ou l’heure à un Parisien. Ca ira difficilement plus loin. Bien, à l’étranger c’est un peu pareil.

Etant en Egypte pour un court séjour et ne parlant pas du tout Arabe, rencontrer des Egyptiens autres que ceux travaillant dans le tourisme ne faisait pas du tout partie de mes attentes… surtout pas dans un lieu aussi touristique qu’Abu Simbel.

Cette magnifique journée se partagera entre la visite d’un des plus beaux temples d’Égypte et une introduction à la vie égyptienne.

Départ pour Abu Simbel, de l’autostop malgré moi en Egypte ?

autobus abu simbel

Autobus « Upper Egypt » entre Aswan et Abu Simbel

Comme j’ai prévu d’aller à Abu simbel en transport en commun, il me faut déjà me rendre à la gare routière, à environ 5km au nord.

Un bus part à 8h de la gare routière pour Abu Simbel.
Retrouvez sur un autre article tous les autres moyens de transport pour se rendre à Abu Simbel

Si vous me suivez un peu, vous savez que les taxis c’est pas trop mon truc, alors je rejoins la corniche où tous les microbus passent. Comme je ne vois pas d’arrêt de bus, je décide d’arrêter un microbus d’un geste de la main. Ça marche assez bien vu qu’il y en a un qui s’arrête presque tout de suite, sauf qu’il n’y a pas d’autres passager, et qu’une fois arrivé à la gare, il n’accepte pas mon billet.
C’est dit, je ne comprends vraiment pas tout dans ce pays.
Les choses reviennent « à la normale » lorsque j’achete mon billet pour Abu Simbel au prix touriste.

Le trajet est long, environ 4h , incluant une courte pause pour manger.

Lorsqu’on cherche un hotel et qu’on trouve une famille

femme egyptienne voilee avec le niqab

Lorsqu’elles sortent certaines des femmes s’habillent d’un voile intégral cachant leur visage

Mon programme est simple : trouver un hotel, aller visiter le temple, et demain, back to Aswan.

J’ai repéré un hôtel bon marché prêt de l’arrêt de bus le « Nobaleh Ramsis Hotel ». J’y vais mais l’homme sur place appelle le manager et me dit que c’est « complet ». Je suis un peu étonnée, ça a l’air vide, je me demande si il n’a pas plutôt la flemme de se déplacer. Tant pis l’homme me donne le nom d’un autre hôtel et une direction, c’est reparti.

C’est alors que je croise deux femmes, avec qui je commence à parler et qui me proposent d’aller voir leur maison… « euh…..réflexion… je poserais bien mon sac dans un hôtel…d’un autre côte je ne sais pas où il y en a et il est encore tôt». Tout de même un peu méfiante je décide de les suivre et je suis finalement bien contente de l’avoir fait.

La discussion n’est pas facile, Maia, une des deux femmes, parle quelques mots d’anglais mais pas grand-chose et elle les mélange husband/wife, son/daughter… mais elle me dit que sa sœur/frère va arriver et parle très bien anglais. Il se trouve que celui ci parle même français ! Et apparemment aussi espagnol, allemand, russe etc… il a un stand de souvenir au temple.
Sa présence, bien que brève, est bien pratique.
Dans sa maison je fais aussi connaissance d’une petite tribu de bambins et d’autre sœurs/cousins de passage…

Quelques heures dans un foyer Nubien

Plateau repas en Egypte sur le sol

Plateau repas en Egypte

L’état de mes chaussures totalement décollées de la veille n’échappe pas à Maia. Elle me demande de lui donner et elle s’empresse d’aller chercher un petit tube de colle « t’inquiete ça va se recoller super bien ».
Et en effet ça a tenu tout le reste du voyage !

Elle insiste aussi pour me faire un dessin au henné sur la main et me montrer comment on danse à la locale. Exit le sitcom égyptien, on change de chaîne pour mettre ce chanteur égyptien super connu. Mais oui le chanteur super connu, vous connaissez pas ? En tout cas il a du succès dans la famille.

Bon maintenant que j’ai appris le mot « danse » en arabe, il est temps de partir histoire de ne pas trop squatter non plus mais… « non mais attends on va passer à table !! »
Enfin je dis à table mais c’est assis par terre autour d’un plateau avec du pain, du fromage, de la pastèque des pâtes, des tomates et des aubergines.

C’est sous la promesse de revenir les voir ce soir que les enfants me laissent partir. Le frère m’accompagne à un hôtel pas loin (Abu Simbel Tourist Village, dans le genre le pire des hôtels), alors que je me concentre sur le chemin pour pouvoir revenir ce soir.
Il en profite pour m’indiquer que son magasin au temple c’est le stand 9, business is business, on ne sait jamais.

Le temple d’Abu Simbel sans aucun autre touriste

 
Visite seule du temple d'Abu Simbel

Temple de Ramsès II a Abu Simbel

Je saute dans un « tuktuktrailer » et arrive au temple vers 15h.
Les stands de souvenirs sont fermés et les vendeurs sont en train de manger sur la pelouse.
A l’entrée j’ai presque l‘impression de réveiller le guichetier. Il faut dire qu’il fait encore chaud aujourd’hui et que ce n’est pas la foule. Il m’indique la direction et je pars d’un pas décidé découvrir mes premiers temples.
Ni guides, ni gardiens sur le site. Ils doivent être en train de se reposer à l’ombre. Point de touriste. Je me retrouve seule au pied de ces gigantesques pharaons.

Les temples ne sont pas immenses en surface mais la hauteur et en particulier les statues sont impressionnantes. Difficile d’imaginer que tout cet ensemble a été déplacé bout par bout d’un autre emplacement à la création du nouveau barrage du lac Nasser.
Je prends mon temps, je marche doucement, silencieusement, ressentant l’atmosphère sacrée du lieu. Je passe aussi du temps dehors à observer les petits oiseaux essayant de récupérer quelques gouttes d’eau du robinet qui coule, les seuls à troubler le silence du lieu.

Abu simbel interieur et exterieur

Abu simbel : porte du temple de Ramses, interieur du temple de Nefertiti, arbre en fleur et oiseaux à la recherche d’eau sur le site

En face des deux temples, des bancs sont en place et prêt à accueillir les visiteurs pour le son et lumière du soir.
Bien que je passe la nuit au village et que j’ai lu des commentaires élogieux sur le spectacle je ne suis pas particulièrement intéressée et décide plutôt d’aller me reposer un peu à l’hotel avant de rejoindre la famille égyptienne rencontrée en arrivant. En partant, un des vendeurs ayant repris service discute un peu et m’offre un petit scarabée pour me souhaiter bonne chance. Apparemment ça se fait bien en Egypte, ça ne sera pas mon dernier.

Ce que donne une soirée en famille en Egypte

En boitant un peu, et oui ça m’apprendra à essayer de faire des poiriers chronométrés, je pars en direction de chez Maia. Je ne suis pas encore arrivée qu’une femme réagit à ma présence. Elle semble me reconnaître mais ce n’est pas réciproque, il faut dire que sa tenue ne laisse apparaître que les yeux. Heureusement quelques secondes plus tard des enfants courent vers moi. Ah c’est bon eux je les reconnais!

On me fait rentrer par une porte où je retrouve Maia. Bonjour !
Tout le monde est content de voir que je suis revenue.
S’ensuit une séance photo avec les enfants qui ne s’en lassent pas, les filles passant en zone maquillage avant de passer devant l’objectif. Ali, la petite s’accroche à moi, elle va repartir dans ma valise c’est sur. Les femmes, plus timides face à la camera, se décide au bout d’un moment à poser sans le voile intégral, à condition que les photos ne soient pas partagées.

soirée avec une famille egyptienne

Soirée au village

Maia me refait du henné, on discute, on traîne avec sa sœur, rend visite à des amis. On commence à se connaître et je me sens beaucoup plus à l’aise que ce midi. Je croise à peine son frère, mais ce soir c’est soirée entre femme.
On part ensuite au village, conduit par un des enfants de 10 ans.
Dans les rues on rencontre aussi son mari qu’elle me présente, puis on va dans un café en plein air très agréable pour boire et manger un bout.
En une soirée, confessions intimes, malgré la barrière de la langue, et transgression, je suis devenue son amie. Malheureusement ça veut aussi dire que je ne peux pas en dire plus…

Et vous, aimeriez-vous rencontrer des Egyptiens? Que pensez vous de ce genre de rencontres en voyage?

Vous avez aimé, pensez à partager 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez ce blog? Faites passer le mot :)