Visite de Philae et détente à Eléphantine

Aujourd’hui sera ma journée 100% tourisme à Assouan, c’est le moment de visiter les incontournables de la ville, enfin au moins une partie: Philae et éléphantine.

Alors que j’ai passé une super journée au village d’Abu Simbel la veille, je reprends le bus pour rentrer à Aswan. Mais comme j’avais repéré à l’aller que le bus passait devant le musée du Nil, à côte du village où se trouve la billetterie pour le temple de Philae, je décide de m’y arrêter au retour.

Retrouver sur un autre article plus d’informations historiques sur Philae et d’autres moyens de vous y rendre.

Mon expérience à Philae, premiers touristes 

Port philae

Embarquement, les bateaux attendent les touristes pour Philae

Je descends donc du bus, passe devant un militaire dans son tank, qui protège l’ancien barrage, et arrive au village. Je ne suis pas très à l’aise.
J’ai mon sac qui m’encombre un peu, j’ai encore mal au pied de la veille, j’ai chaud, l’air est rempli de poussière, et ce village tout en pente manque d’espace. Pour en rajouter, alors que je traverse le village, un enfant me demande direct de l’argent, mais heureusement sans insister. Il semble qu’on s’approche d’un lieu touristique.

Le voyage c’est de l’adaptation permanente, particulièrement dans un pays comme l’Egypte

Finalement, enfin arrivée à l’entrée (c’est pas bien loin mais en boitant ça rallonge pas mal), je trouve magasins de souvenirs, touristes et cafés. Le changement d’ambiance est trop brutal, je me sens un peu submergée.

Ici j’ai l’impression que tout doit aller vite. D’ailleurs, à peine arrivée, je rencontre une autre fille, Barbara, voyageant seule, qui me propose rapidement de partager un bateau. Je me débarrasse de mon sac dans un restaurant, achète un billet, et me retrouve directement sur le quai. Il n’y a en réalité rien à visiter ici, tout est sur l’ile d’Agilka.

La porte du temple d'Isis sur Philae

Je retrouve alors Barbara qui a déjà négocié un bateau avec un couple. Je comprendrais plus tard qu’on s’est fait totalement mais totalement entuber sur le prix.
Les vendeurs jouent sur la pression et sur l’incompréhension (le prix c’est par bateau ou par personne ? c’est pour l’aller ou l’aller-retour ? La réponse bien sur c’est 120 pour le bateau en entier, retour compris).
A peine descendue du bateau Barbara me dit qu’on ne peut pas rester longtemps sur place, on partage le bateau et son taxi l’attend de retour au quai. Euh c’était pas prévu ca !

Cependant ça ne me dérange pas vraiment, bien que le temple soit très joli, je suis moins dedans, surement du fait de l’ambiance totalement différente des jours précédents et de la fatigue. 
Alors comme Barbara m’a proposé de me ramener à Assouan, je décide de favoriser un retour tranquille en voiture climatisée, plutôt que de chercher à passer plus de temps sur le site.
Sur le chemin du retour, on en profite aussi pour visiter l’obélisque inachevé.

Aswan, coucher de soleil sur l’ile d’Elephantine

le nile a Assouan

Vue sur la ville d’Assouan et le Nil, en balade sur Eléphantine

Comme chaque début d’aprem c’est l’heure de la sieste, il faut que je me repose un peu des premières visites de la journée.
Mais j’ai vraiment une liste énorme de choses à visiter alors en fin de journée je me décide à ressortir.

Dans les immanquables on retrouve l’ile de Kitchener, avec son jardin botanique. Mais c’est plutôt une visite à inclure à un tour en felouque sur le Nil, or il est déjà tard. Je préfère donc opter pour une rapide balade sur Elephantine island, accessible en bateau public.
Mais pas si facile de trouver le ferry, vous serez plus souvent accostés par des personnes ayant un bateau privé, motor boat ou felouque.

L’astuce, trouvez le KFC, vous trouverez le port. La traversée coûte 1 ou 2 pounds.

Elephantine barque

A l’ouest d’éléphantine, grand bateau et petite barque sur le grand fleuve du Nil

En cette fin de journée, l’ambiance est calme, je ne croise qu’un groupe de 3 jeunes asiatiques et quelques locaux vacants à leurs occupations. Le « chef du village » essaiera bien de me faire rentrer chez lui pour me montrer sa maison et des crocodiles, en réalité « le musée animalia », mais je préfère garder mes quelques heures pour continuer tranquillement mon chemin à la découverte de l’île.
Au sud de l’île je passe devant un musée et des ruines de temples, déjà fermé. 
Je marche entre les champs et les maisons nubiennes colorées.

chat egyptien

Les chats egyptiens sur l’ile d’Elephantine à Assouan

Arrivée au bout de l’île, je rejoins la côte ouest d’éléphantine pour profiter de la vue sur le soleil couchant, j’adore.
Des hommes repeignent leur bateau, des enfants jouent dans l’eau, des femmes sont assises ensemble devant les portes des maisons, et des chats me demandent si je ne veux pas les prendre en photos. Alors que le soleil se couche je rencontre un homme assis devant sa maison parlant parfaitement anglais. Il est guide et a vécu plusieurs années en Australie. Il m’en apprend un peu plus sur la région tout en m’offrant un thé.

 

Je suis conquise par l’ile d’Elephantine et ses villages Nubiens malgré l’image mitigée que j’en avais avant de venir.
C’est aussi une bonne option pour se loger. Certes moins pratique pour les transports mais surement beaucoup plus agréable que le centre ville. 

 
noir soleil ombre de aga khan

Coucher de soleil, des enfants jouent, au loin le mausolée d’Aga Khan

 

Vous avez aimé, pensez à partager 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez ce blog? Faites passer le mot :)