Ballades autour de Shiraz

Lac namake

Après que notre couchsurfer nous ait gentiment réservé un hôtel pour le soir à Ispahan nous partons visiter les alentours de la ville en suivant les conseils du père de celui ci.
Il y aurait encore beaucoup de bâtiments à voir à Shiraz mais nous avons envie d’un peu de campagne.

Nous faisons aussi connaissance avec la copine de notre Couchsurfer, 27 ans, qui vient avec nous pour la journée. Elle s’appelle Raha, mais va bientôt être renommée, la manière dont Christophe prononce son nom la faisant bien rire mais lui hérissant un peu les poils. Nous aurons donc maintenant Arthur et Marianne. Et nous nous renommons en Nimâ et Nouchine.
« Marianne » est très curieuse sur la vie en France. Elle veut savoir comment les gens s’habillent là bas, si on a une religion, si je vis avec mon copain. Elle aimerait voyager, se débarrasserait bien du hijab si elle pouvait et trouve les hommes pas assez sérieux. Et oui même ici les hommes ne sont pas pressés de se marier. Vraiment, elle ne comprend pas.

Beaucoup d’interdits ici, le cinéma et le théâtre ça ne se fait pas trop, mais on peut toujours trouver des films américains dans les vidéos clubs et de la musique sur internet. Facebook et d’autres sites sont interdits mais les jeunes éduqués trouvent le moyen d’y accéder en passant par des VPN. Nous avons aussi remarqué que amazon.com nous permet de naviguer, mais si on veut commander, on a un joli message indiquant que nous ne pouvons pas commander d’Iran.
Et pour la danse, c’est interdit en public. Si bien que dans les salles de sports (où les horaires sont déjà différents pour les femmes et les hommes, il ne faudrait pas que la sueur leurs donnent des idées), on renomme les activités. Zumba renommé en « professional aerobic », c’est plus politiquement correct.
Bien que quelques uns le fassent, il n’est pas bien vu de vivre seul, encore moins pour une fille. Alors on vit avec sa famille jusqu’à trouver son époux(se).

Nous nous arrêtons d’abord au lac de Namake, un lac de sel rose. On y fait du pédalo (ils sont vraiment partout en Asie ceux là) en chantant des chansons perses et françaises. Le Charles Aznavour avec l’accent perse c’est original.
Il est déjà tard mais nous partons quand même au village de Qalat.
Et c’est une super idée, car c’est très joli. On y reste juste le temps de manger sur une terrasses des sandwichs pris en chemin mais ça vaut le coup.

C’est juste, mais on arrive à la station de bus avec quelques minutes d’avance. Heureusement Arthur connait bien la gare et passe derrière le guichet pour prendre des tickets. Déjà que les iraniens ne connaissent pas trop la notion de queue, là il les bat tous.

Pendant que j’essaie de lire le ticket de bus, en tenant le papier à l’envers (oui ok j’ai des progrès à faire en alphabet perse), il nous emmène jusqu’au bon quai et ça y est en est en route pour Ispahan!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *