Shiraz visite de la ville

shah cheragh

C’est notre premier journée à Shiraz et nous prenons rendez vous avec notre couchsurfer en début d’après midi. En attendant nous faisons quelques visites.

On se rend vite compte qu’une fois encore le plan du lonely planet est beaucoup trop petit et inexact. On y va donc un peu au hasard en essayant de ne pas se perdre.

Nous rentrons dans le premier bâtiment qui semble intéressant. C’est le mausolé Shah-e-Cheragh.
En réalité y entrer n’a pas été si simple.
Alors que nous essayons de passer par le centre, deux hommes assis à l’entrée nous disent non, il faut entrer par la gauche. On y va, l’un d’eux change d’avis et nous montre alors la droite: « Ok ok on va à droite ». On y va et ils nous redisent non mais un pointe à droite et l’autre à gauche. « mmmm, faudrait se mettre d’accord là… c’est où? ».
Voyant notre incompréhension, et toujours en langue des signes, ils nous montrent alors que je dois aller à gauche tandis que Christophe doit entrer par la droite. « Aaaah mais tout s’explique d’un coup ».

Je rentre donc par la porte « femme » et ne sais pas trop quoi faire.
On me demande plusieurs fois si je suis une touriste. Mon déguisement bien ajusté et mon côté « non mais arrêter de m’embêter je veux juste passer » fait douter.
Je ne sais pas trop ce qu’il se passe mais on me met un tchador et me fait attendre sur une chaise. Pendant que j’attend je ne sais trop quoi, les femmes chargées de l’entrée, toutes de tchador vêtues, regardent sur le portable d’une d’entre elles une vidéo d’un dauphin et d’un chien et me la montre quand je fais ma curieuse. Tout ça semble surréaliste et je ne sais pas trop ce que j’attend encore assise ici. Finalement une femme vient me chercher, pour m’amener à un mec puis finalement à une autre femme. Apparemment ici il faut être accompagné pour visiter.

Shah Cheragh

Nous rejoignons un couple de belges. Pour rentrer visiter le Shrine, je passe avec la Guide et la femme belge du côté féminin. Et là, whouaou, c’est magnifique, plein de petits bouts de miroir font briller toute la pièce, on a l’impression d’être entouré d’or. J’ai mis des photos mais impossible de rendre l’effet des miroirs.
Au bout de cette pièce je retrouve Christophe qui est lui aussi avec un guide de « international affair ». Et aussi le « jeune guide » de Persépolis, tout penaud de ne pas trouver les filles de la veille avec nous.
Ils nous emmènent à la fin dans leur bureau pour un thé et un peu de propagande, « chez vous on vous dit que l’Iran est un pays dangereux mais vous voyez que c’est faux, c’est un pays de liberté… ». Ouais il faut pas exagérer là quand même niveau liberté…

On sort et on se perd dans le bazar qui est énorme! On n’y est pas les seuls, les iraniens font leur shopping. On trouve un endroit pour manger pas cher (samossa et sandwich), notre repas le moins cher du séjour 60000 pour deux.

14h, on retrouve enfin notre couchsurfer. En voiture on va visiter deux sites se trouvant plus loin du centre ville « Eram Garden » et la tombe du poète Saadi, tout en parlant littérature. Il est expert. Puis on finit avec le Naranjestan avant de rentrer. Le site de la tombe du poète Hafez est aussi très joli mais nous y sommes déjà passé la veille avec notre chauffeur.

En rentrant on se retrouve coincé dans les bouchons à un carrefour. On veut tourner à gauche mais impossible. Je n’ai jamais vu ça. Les automobiles ne respectant pas du tout la notion de feu rouge, pleins de voitures sont bloquées au milieu de l’intersection. Un chauffeur fini par sortir de sa voiture pour faire la circulation, faire avancer telle voiture, tourner un peu telle autre, reculer celle ci etc, bientôt suivi par 2-3 autres conducteurs. Mais à peine la voie dégagée que des voitures font forcing et qu’on se retrouve dans la même situation. Finalement, changement de stratégie, on passe à droite, fait demi tour, roulons plus ou moins sur le trottoir pour contourner le bouchon et arrivons enfin sur la route de gauche. Ici c’est sportif!

Un petit tour dans un restaurant traditionnel… de luxe, et dodo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *