A la recherche de la cite perdue

La ciudad perdida (cité perdue), Teyuna, est une ancienne cité construite dans la jungle tropicale de la Sierra Nevada de Santa Marta vers 800 ans après JC.  
Probablement le centre politique et économique de la région, peuplé à l’époque par les Tayronas. Redécouverte par des chasseurs de trésors dans les années 70, on se croirait dans un film d’Indiana jones.

Conclusion, j’ai eu envie d’y aller des que j’ai découvert l’existence de ce site archéologique.

Cependant, j’ai commence à hésiter après m’être renseignée plus en détail sur comment y aller:

  • C’est très cher (et de plus en plus)
  • On ne peut s’y rendre qu’en tour organisé (en trek)
  • C’est très touristique

Ca enlève tout de même un peu de magie. Alors ça vaut le coup ?

La curiosité étant plus forte et ayant de bonnes recommandations nous décidons de maintenir cette destination de notre voyage en Colombie, même si nous ne pouvons pas y aller en indépendant.
Nous partons de Taganga avec Wiwa tour pour un trek de 4 jours (les tours partent aussi de Santa Marta).

Lost city : est-ce si difficile ?

guides kogi ciudad perdida trek

Pendant le trajet, jusqu’au point de départ de la randonnée, on se prépare psychologiquement. Car d’après ce qu’on a entendu, il y a d’autres points qui pourrait être en défaveur d’une visite à la ciudad perdida.

Maintenant qu’on est de retour, je rajoute une note de 1 à 5 à nos réflexions, correspondant à notre expérience.
1 c’est faux 5 c’est vrai.

  • 4 a 6 jours de marche difficile dans la jungle : Note 3
    Nous l’avons fait en 4 jours sans grande difficulté à part la chaleur. Pour ce qui est de la jungle, il y a en effet des paysages de jungle mais on est loin d’un parcours à la machette. La première journée se fait surtout sur une route de terre.
  • Qui dit jungle dit moustiques : Note 4
    On s’est bien fait manger et je me gratte encore. Mais j’imaginais encore pire. C’est surtout lors des pauses qu’on s’est fait attaquer. L’option pantalon qui se transforme en short est plutôt pratique.
  • L’air est humide, de la pluie tous les jours, on va être trempé : Note 3
    Nous avons eu de la chance et n’avons presque pas eu de pluie (mois de mai) : Un orage a 15h30 mais nous étions déjà arrivés et une petite pluie un après midi. Au début du trek, les guides nous ont distribué des sacs-poubelle pour se protéger de la pluie. Par contre c’est humide et les affaires ne sèchent pas facilement.
  • Un chemin boueux : Note 3
    Comme il n’a presque pas plu ça allait, mais nous avons vu de la boue séchée sur une bonne partie du chemin.
  • Une chaleur difficilement supportable : Note 4
    La encore j’imaginais pire mais il fait quand même très très chaud. C’est la partie la plus dure du trek. Même sans marcher des heures on est fatigué.
  • 12 traversés de rivières avec de l’eau jusqu’à la taille ! : Note 2
    Seulement 4 traversées (en comptant le retour) où il faut vraiment se déchausser avec de l’eau au dessus du genou. Pour les autres cours d’eau croisés, on traverse tout simplement en passant sur les pierres.
  • Et tout ça avec beaucoup de dénivelé à monter : Note 2
    Oui ça monte et ça descend mais beaucoup moins qu’au Choquiquerao par exemple. Cependant c’est difficile à cause de la chaleur.
  • Bien sur sans confort, nuits en hamac : Note 3
    Il y avait aussi des lits avec moustiquaires et on a pu choisir. Des toilettes (amener son papier) et des douches (froide, à la mode colombienne)

Et ce qui n’était pas dit  :

  • Tous les jours réveil à 5h !

Et ce qui n’était pas dit mais bien plus positif :

  • On mange bien est on a même des pauses fruits !

Déroulement du trek de la ciudad perdida

carte trek ciudad perdida altitude

Nous avons eu la chance d’être dans un petit groupe, 6 personnes.
Les groupes ne font pas forcement les même étapes mais on se retrouve souvent lorsqu’on fait des pauses.
On a plusieurs occasions de se baigner dans les rivières pour se rafraîchir. Et sinon on peut toujours profiter des temps morts pour apprendre des jeux de cartes.
Nous partons avec deux guides indigènes de l’agence Wiwa tour(sympas mais pas très bavards) et un traducteur (bien utile, il parle anglais et même français).

  • Jour 1 : 3 h de voiture le matin, 3h de marche
  • Jour 2 : 3h le matin, 4h l’après midi (traversée de rivière en fin d’après midi)
  • Jour 3 : 2h de marche et 2h de visite du site le matin, 4h l’après midi
  • Jour 4 : 5h le matin puis retour en voiture

Au final, bon trek. On s’en sort indemne avec quelques piqûres de moustiques, mais mes chaussures s’en sont un peu moins bien sorties.

Vous avez aimé, pensez à partager 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez ce blog? Faites passer le mot :)